POESIE EROTIQUE
et autres amusements
Jacques Cauda - Le cul peint
Accueil
Retour à la liste "Hommes"



Le cul peint



Son cul est une île où découvrir n’est plus seulement pénétrer au fond du fond
mais tout imaginer :
comment lui arracher une main ?
lui crever un œil ?
la scier en plusieurs morceaux ?
C’est ça peindre !

Finement couché dans la toile
Je jouis
Entre ses seins
Au sortir de l’anneau

Je feins sous le filament
De foutre
Le pain
Ferment de l’orgie sainte

salope toute salope
ton cul dègue
où persiste la mort
des narines
aux environs qui sentent
jusqu’à ton trou
précipice du bord
où s’encrer tout bonnement
tout cru


la fille a gardé ses poils
comme du pinceau
sa sente à pisse
aussi bien mouillée


À l’horizon
Je prends la route
Armé du démon
Sournois
Je l’encule
Par la trompette
Et je la trace menue

« Bien moins que de corrompre le cœur, c’est la peinture qu’il faut égayer de mots débauchés. »
la chatte
la bite
le clit’
le cul
Autant de présence amenée devant ce que je bande

J’aime quand elles sont 2
4 des cuisses dans le mouvement
solide des fesses
quand elles sont
à plusieurs ovales ouverts
aux poils châtains


Elle a le cul où il faut

Là où les éclats du pain quotidien

Proviennent
D’une vaste évacuation.

(La selle blanche de peinture) il y a aussi la feuille de rose peinture
cet énorme mot


elles sont 3
subitement
le pain le vin le foutre
et vice versa
je ne sais plus
où je vais donner
de la main

vent du cul
flèche
à l’assassin

accroupie dans la toile
montrant ça et là
sa rosette palpitante

nymphe qui secoue
ses babines

Elle dit : «  J’aime quand ta jolie main fouette mon cul pommé. Suis-je folle de bonheur et prête à pâmer ! » «  Oui ! Ô oui ! Ta main avant ! Oui, toute ta main quand je m’en vais ! »

Refaire son cul d’après Cézanne





© Jacques Cauda

Contact
Mes poèmes coquins
Auteurs contemporains
Auteurs anciens
Amateurs éclairés
Anonymes
Chansons érotiques
Citations & Bibliographie
Tantra
Liens

Copyright © Cyr