POESIE EROTIQUE
et autres amusements
Pierre Corneille (1606 - 1684)
Accueil

Pierre Corneille est l'aîné de six enfants d'une famille noble et aisée. Au collège jésuite de sa ville natale, Rouen, il découvre la rhétorique latine, les héros de l'Antiquité et le théâtre.

En 1629, un amour malheureux l'amène à rimer des poèmes, puis à écrire sa première comédie, Mélite. Les sept années suivantes, il fera jouer Clitandre, la Veuve, la Galerie du Palais, la Suivante, la Place Royale, Médée et l'Illusion comique. Leur succès vient de leur construction sur le thème de l'amitié trahie par l'amour (de l'aveuglement à la folie) et surtout de sa transposition dans l'univers urbain : au lieu de bergers, le théâtre met en scène, pour la première fois de manière plausible, la société.

Corneille n'accepte pas la subordination du théâtre à la politique, ni le rôle de poète officiel du régime pour lequel il a été sollicité dès 1633 par le Cardinal Richelieu. Après la mort du Cardinal il s'engage dans le combat politique pour le maintien d'une monarchie où le roi cesse d'être une inaccessible idole. La dramaturgie espagnole est alors pour lui le moyen d'exprimer la possibilité baroque de faire voir dans un héros plusieurs êtres : le roi, l'homme, celui qui ne se sait pas roi... débouchant sur la remise en question de la royauté. Le théâtre musical lui permet également d'innover et de collaborer avec Molière.

Mais, en concurrence avec Racine, Corneille choisit un pathétique de l'exemplaire très marqué par la Fronde et dominé par l'émergence du héros noble qui déplaçe sa vision de la tragédie du moi héroïque par amour-propre (caractéristique de ses oeuvres avant Le Cid) vers le problème de la succession au trône. Corneille s'éloigne alors peu à peu du public jeune et désireux d'émotions humaines qu'il avait jusqu'alors conquis.

Sans trop d'illusion sur son pouvoir de séduction, il écrivit :

"En matière d'amour, je suis fort inégal,
J'en écris assez bien et le fais assez mal ;
J'ai la plume féconde et la bouche stérile,
Bon galant au théâtre et fort mauvais en ville..."


En savoir plus :
Corneille.org







Scène libertine dans un salon (XVIII è.s.)
Musée Bonnat de Bayonne


Contact
Mes poèmes coquins
Auteurs contemporains
Auteurs anciens
Amateurs éclairés
Anonymes
Chansons érotiques
Citations & Bibliographie
Tantra
Liens

Copyright © Cyr